Bordeaux 2018: Back in Black

BY ANTONIO GALLONI | APRIL 30, 2019 

La version française suit

Left Bank: Margaux | Pauillac | Pessac-Léognan | Saint-Estèphe | Saint-Julien | Satellites

Right Bank: Pomerol | Saint-Émilion | Satellites

Don't Miss & Best Buys | Sleepers

Two thousand eighteen was one of the most dramatic growing seasons in recent memory. Hail, persistent rain and blistering summertime temperatures tested the resilience of vineyard managers and winemakers throughout the entire year. Perhaps most importantly, though, 2018 comes at a significant inflection point in Bordeaux’s history. So, how did the wines turn out?

Protecting the Future of Independent Wine Criticism

Bordeaux is big business. That is no secret. Much of this is facilitated by wine publications that help consumers and trade buyers navigate an increasingly large number of wines. The system mostly works because there is an element of trust…trust that professional opinions are in fact truly independent. However, rampant unauthorized distribution of scores and tasting notes poses a very serious threat to the future viability of truly independent wine criticism.

Of course we recognize that the vast majority of Vinous subscribers act responsibly. However, this past February, at least two courtiers copied and distributed the entire contents of Vinous articles to their mailing lists without our permission. For readers who may not be aware of the structure of Bordeaux, courtiers are companies that manage the relationships between châteaux and négociants. The most egregious of these cases was a firm that copied and distributed the entire contents of my article 2016 Bordeaux…It’s All In The Bottle – including the introduction, all of the reviews and scores – to their mailing list. Upon being informed of their violation of our Terms of Service, this courtier responded by copying and distributing the entirety of Neal Martin’s article: The DBs: Bordeaux 2016 In Bottle to their mailing list using an account not registered to their company.

In the fifteen years I have been writing about wine professionally, I have never seen such a blatant disregard for the most basic professional courtesy. The theft of other people’s work for financial gain is morally bankrupt and a crime against everyone who strives to create high quality, proprietary information. It is simply not acceptable. Scores for the 2018s will be released on May 2, after the French holiday, making an exception for wines that are already being offered in the market. If you receive a complete electronic reproduction of 2018 Bordeaux: Back in Black, you are in receipt of stolen material. Please forward any such emails to info@vinous.com. We will take all necessary steps to protect our intellectual property.


The last few vintages have seen a serious uptick in quality at Laroque, a revitalized property in Saint-Émilion

The 2018 Growing Season and Wines

Vinous readers will have now heard numerous accounts of the 2018 growing season. I will summarize the salient points broadly, but remind readers that conditions vary widely from place to place, especially in years like 2018. As for the wines, the best 2018s are positively stunning. I don’t see the consistency of 2016, for example, but 2018 offers a tremendous amount of choice for the consumer, from everyday gems to the rarest of collectibles.

The year got off to a cool and damp start, which delayed bud break. Flowering and set were largely uneventful. A few properties reported issues during flowering, but for the most part the vines set a large crop, a natural response to the shy crop of 2017. May and June were much more traumatic. Hail impacted the Côtes de Bourg (where most of the crop was lost), Blaye and selected spots in Entre-deux-Meres and the Médoc. La Lagune lost the entire crop, while production was halved at Cantermerle.

Rain was persistent throughout June, although the amount of rain varied quite a bit from appellation to appellation. More than anything else, it was the persistence of rain (rather than just the amount) that created problems. Soils need to dry after rain in order to be accessible to tractors and workers. In 2018, the windows to physically get in and treat the vines were very narrow. Mother Nature does not care about Saturdays and Sundays. In some cases, the weekends provided the best windows to treat the vines, but not all properties had the means to intervene during those days. Tropical weather created the ideal conditions for widespread outbreaks of downy mildew. Properties that farm biodynamically saw their yields decimated. But in many cases, yields were not that affected, as readers will discover in the tasting notes.

Summer was scorching hot. By most accounts, 2018 was the hottest and driest summer in fifty years. The heat concentrated the fruit, in some cases to an extraordinary degree. Warm winds at the very tail end of the growing season further dehydrated the fruit. But the end of the season was generally benign and estates had the freedom to pick pretty much whenever they wanted. For many properties, the harvest was especially drawn out. This is an important point, because the 2018s could have only been made in present day Bordeaux. A generation ago, vineyard managers would have been forced to make much bigger pick calls because the tanks needed to be filled. Today, virtually all wineries are equipped with smaller tanks that, in turn, give vineyard managers the ability to pick smaller parcels with much more precision and flexibility than was possible in the past. This is one of the central reasons that explains why the best 2018s are superb wines.

Tiny, super-concentrated berries required gentle handling in the cellar. Winemakers spoke of fermenting at lower temperatures than normal, with extended time on the skins, but much gentler extractions. Sugars were high and the fermentations were often lengthy, partly because Bordeaux yeasts are not accustomed to working with grapes that carry high levels of sugar. And that takes us to where the wines are now, aging in barrel.

One of the most fascinating aspects of the 2018s is that, with a few exceptions, the wines do not taste at all like what the analyses look like on paper. The numbers show wines with high alcohol, off the charts tannin and, in most cases, low acidities. It may seem hard to believe, but the wines don’t taste like that all. The best 2018s are aromatically intense, deep, dark wines that beautifully marry fruit intensity with structure. Of course there are some disappointments, but that is to be expected in a vintage that presented so many challenges.


Co-owner Valmy Nicolas and Technical Director Marielle Cazaux at La Conseillante, one of the stars of the vintage 

The New Bordeaux

Two thousand eighteen comes along at a fascinating time in this history of Bordeaux. We are very clearly at an inflection point that may very well one day be regarded as a seminal moment for Bordeaux. Everything is changing.

For starters, the number of châteaux that have undergone a change in ownership and or technical direction over the last five or so years (but less than ten) is just staggering. These include: Beau-Séjour-Bécot, Bellefont-Belcier, Berliquet, Beychevelle, Calon-Ségur, Canon, Les Carmes Haut-Brion, La Clotte La Conseillante, Figeac, Fonbadet, Laroque, Léoville-Poyferré, Montrose, Pichon-Longueville Comtesse de Lalande, Petit-Village, Le Prieuré, Prieuré-Lichine, Rauzan-Ségla, Tour Saint Christophe, Troplong Mondot and Vray Croix de Gay, among others.

The intense ripeness of 2018 notwithstanding, there is a very clear and conscious move to harvest earlier than in the past, which is resulting in wines of greater freshness. Extractions are generally gentler, while the impact of new oak has come down markedly in many wines. Terra cotta amphoras, casks and other fermentation/aging vessels that are not traditional in Bordeaux are present in an ever-growing number of cellars. I am seeing an increase in trials with whole clusters in fermentation, another technique that is not at all common here. Quite a few winemakers are experimenting with no S02 during crush and the early stages of aging, which they believe increases aromatic openness in the wines. The challenges of 2018 aside, the move towards sustainable farming and biodynamics – which is relatively new to Bordeaux – is increasing. Just five or six years ago, I could not have written this paragraph. Today, the pace of change in dizzying, which now makes Bordeaux one of the most dynamic and exciting regions in the world.


Technical Director Vincent Millet and Estate Manager Laurent Dufau at Calon Ségur, where both wines are stellar in 2018

The 2018s By Appellation

Saint-Estèphe

Saint-Estèphe is one of the unquestioned overachievers in 2018, the best and most consistent vintage here since 2014. So many wines are brilliant. Cos d’Estournel and Calon Ségur, in particular, are extraordinary. Montrose and Lafon-Rochet aren’t too far behind. But it isn’t just the famous wines that shine in 2018. Phélan Ségur is gorgeous, Haut-Marbuzet is arguably the sleeper of the appellation, Meyney is more nuanced than it has been recently, Lilian Ladouys is likely to be a fabulous value and the second wines (Les Pagodes de Cos, Le Marquis de Calon Ségur and La Dame de Montrose) are all superb.

“What looked like a late harvest turned out to be precocious,” Cos d’Estournel proprietor Michel Reybier and Technical Director Dominique Arangoïts told me. “Harvest stated on September 19 and wrapped up on October 6. Merlot and Cabernet both came in at 14.5% alcohol, which is unusual. Merlot had the tension of Cabernet, and Cabernet had the sweetness of Merlot. It’s something I have never seen before. Vintage dominates over variety. Dry winds at the end of the season concentrated the fruit. Yields were just 30 hectoliters per hectare, which is down sharply from the upper 40s that are more typical. The grapes were very ripe, so we opted to vinify and lower temperatures than normal,” an approach most winemakers shared in 2018. “It is a very unique year,” Estate Manager Laurent Dufau and Technical Director Vincent Millet relayed at Calon Ségur. “Alcohols are about 0.5% higher than normal, but so are acidities - pHs are lower than normal across the board. The musts were rich. We knew the cuvaisons would be long and that the wines would extract easily on their own. We did almost no punchdowns and kept temperatures on the lower side.”

“In terms of rain, heat and sunshine, 2018 is very similar to 2009,” Montrose CEO Hervé Berland recounted. With 75-80% of the property now farmed biodynamically, Montrose had its challenges with mildew in 2018. “Ultimately, dehydration in summer was a bigger factor than mildew when it comes to yields. Our production at Montrose was 25 hectoliters per hectare opposed to our recent historical average of about 35,” explained Technical Director Vincent Decup.

Phélan Ségur is one of the overachievers of 2018. "Rain was about 20% higher than normal," Technical Director Fabrice Bacquey explained. "The vines held up well during the summer, although we started seeing the signs of heat stress in early September. A brief but intense storm on September 6 was helpful in restoring balance."

Pauillac

Pichon-ComtessePontet-Canet and Latour are the most exciting wines in 2018, while Grand Puy LacostePichon Baron and Lynch Bages are just behind. But Pauillac is littered with superb wines, across all price points. Readers will find plenty to like in some of the appellation’s less prestigious châteaux. These properties, which are often in less favored microclimates that can produce leaner wines, actually benefitted from the extra kick of richness from the summer heat. I am thinking about wines like Pibrand’Armailhac and Clerc-Milon, all of which are promising. Fonbadet is the sleeper of the appellation. Lafite-Rothschild and Mouton-Rothschild are both very good, but they are neither standouts nor are they viscerally thrilling.

“I have not seen this kind of mildew pressure since 1988, but I am old-timer now, and I was not too worried,” Managing Director Philippe Dhalluin told me at Mouton-Rothschild. “Yields were down 2-7% across our various châteaux. Flowering was very early. We had pretty severe coulure in Cabernet Sauvignon at Mouton and d’Armailhac, both of which are on deep gravel soil and flowered during a very unstable period in 2018. Clerc-Milon, which is right next door (to Mouton), but sits on much cooler soils, flowered four days later, and did not have any real issues.”

Few winemakers can match Nicolas Glumineau at Pichon-Comtesse when it comes to pure passion and a total dedication to making the very best wine possible. “I’m just a second growth,” he says with typical modesty. “For many people Pichon-Comtesse will never be as highly regarded as the First Growths.” I am not sure I agree. The 2018 Pichon-Comtesse is one of the wines of the vintage and is shaping up to be very close to the 2016 in terms of quality. “The biggest difference between 2018 and 2016 is not the Cabernets, but the Merlots, and we are on the Left Bank,” Glumineau added “I think 2018 is more heterogenous than people expect, because as winemakers we had to ask ourselves ‘What kind of wine do I want to make?’”

“I can’t say I really understood the vintage. At the end of the day, I lost 2/3rds of the crop for my boss,” Technical Director Jean-Michel Comme told me with an understandably somber tone when I visited him at Pontet-Canet. Yields were just 11 hectoliters per hectare as opposed to the 30-35 that are more typical. “The effects of mildew were just devastating. On July 14th we were fine, but that weekend was dramatic. By July 16, we had lost 30% of the Merlots,” Comme elaborated. “All of the grapes were whole cluster pressed. Because of the small crop, we were able to vinify the entire production in our new concrete tanks, using no electricity, just manual pumpovers. The 2018 is aging in 55% new oak and 45% terra cotta amphora, in other words more amphora than typical and no used oak.” As for the wine, it is one of the most freakish, super-concentrated wines of the entire vintage.

“Yields were 24 hectoliters per hectare, which is down from the 35 that are more typical here,” Technical Director Hélène Genin explained at Latour. Yields were extremely uneven, however, with some parcels not touched at all by mildew , and others that produced almost nothing. We also noticed that vines planted with massale material proved more resistant to mildew owing to their diversity, while in rows planted with clonal selections, the vines all suffered the same level of losses. One of the challenges was keeping all our lots separate, so we opted for smaller fermentation vessels to make that happen. Our approach was to work with gentler extractions and try to preserve as much oxygen as possible. We did fewer délestages than normal and limited them to the early part of fermentations,” she explained.


The nearly empty cellar at Pontet-Canet is a stark reminder of the devastating effects of downy mildew in 2018

Saint-Julien

Saint-Julien is another star in 2018. Granted, the appellation is small, quality is often fairly homogenous. Nevertheless, I was deeply impressed with what I tasted. Léoville Las Cases and Ducru-Beaucaillou are off the charts, but those properties have been on a roll of late, so that won’t come as a big surprise. Yes, both wines are incredibly dense and concentrated, and yet they carry their natural richness beautifully.

Léoville Las Cases comes in at 14.5% alcohol, the highest ever here, and yet it is also intensely aromatic. Ripe tannins make the 2018 one of the most elegant, sensual young Las Cases I can remember tasting. The decision to use very little press wine (2.5% versus the more typical 6-12%) also seems to play a role in giving the 2018 an extra kick of textural voluptuousness.

“We had 30 days above 30°C (86°F) and 5 days above 35°C (95°F)” explained proprietor Bruno Borie at Ducru-Beaucaillou. “Interestingly, climate change seems to have an impact in the ripening of the Cabernet Sauvignon, especially in the quality of the tannins, but does not seem to affect the length of the growing cycle,” he elaborated. “These are without question the ripest Cabernets we have ever harvested. The seeds were ripe before the skins. We have never seen berries this small. Because of the low juice to skin ratios, we opted for the gentlest extractions possible.”

As exceptional as the big guns are, the real surprises in Saint-Julien lie elsewhere. In her first vintage at the reins of her family’s property, Sara Lecomte Cuvelier made a positively stunning Léoville-Poyferré. Although she was hesitant to say much about her 2018 with her predecessor and cousin Didier Cuvelier in the room, there is no question the 2018 shows greater freshness and energy than in the recent past. What a wine!

Branaire-Ducru is another absolutely stellar 2018. "This year, there is a bit more Merlot in the blend, because the Merlots were very good,” Proprietor Francois Xavier Maroteau explained. “We let one parcel ripen very late, into the window in which we pick our Cabernet Sauvignon, and that parcel ultimately went into the Grand Vin.” Yields were a very healthy 50 hectoliters per hectare. “Alcohol came in at 14.3%, while the pH of 3.6 is lower than 2010,” added Technical Director Jean-Dominque Videau. In my view, though, wine is much more than just about numbers. In some vintages, Branaire-Ducru can be a bit light, but the 2018 is rich without being heavy. I won’t be surprised if it becomes a modern-day benchmark here.

BeychevelleLéoville-BartonLangoa BartonLagrange and Talbot are all superb and well worth considering, as are many of the second wines covered in this article. Gloria and Saint-Pierre will absolutely thrill readers on a budget. The only disappointing Saint-Juliens I tasted were at Gruaud-Larose. Perhaps élevage will help. We will see.


Thomas Duroux at Palmer was in good spirits despite seeing 2018 production lowered dramatically by downy mildew

Margaux

Margaux is arguably the appellation on the Left Bank with the widest separation of quality and style of wines. Yields were especially impacted at properties that farm biodynamically. Rauzan-SéglaPalmer and Durfort-Vivens all boast off the chart unctuousness and concentration, while wines like GiscoursCantenac-Brown and Brane-Cantenac are more gently shaped by the growing season. Château Margaux turned out a brilliant performance across all three of their wines.

"We try to work as sustainably as possible," explained Managing Director Philippe Bascaules at Château Margaux. We started with natural copper and sulfur treatments. Disease pressure was extremely high in early July. Our owner, Corinne Mentzelopoulos, told us she was not prepared to lose half the harvest, so we intervened with synthetic products, and that ultimately saved our crop. Yields are still down about 30%, which is to say 30 hectoliters per hectare as opposed to the 40-45 we prefer to see." Readers will get a good sense of the style of the year by tasting the Pavillon Rouge, which is quite a bit richer and racier than it usually is. The Grand Vin carries plenty of intensity, but it does so with the inimitable style that makes Château Margaux so unique.

Estate Manager Nicolas Audebert and his team made an epic Rauzan-Ségla that may very well go down as one of the finest vintages ever made at this property. It is every bit that outstanding. “Rauzan-Ségla is a mosaic of about 100 parcels, it is therefore much harder to monitor and work than Canon, which is essentially one parcel,” Audebert explained. “We observed downy mildew pressure earlier at Rauzan than at other properties. For us, the very dry summer and warm October winds were a much greater factor in shaping the personality of the year, as we saw quite a bit of dehydration, especially on gravelly soils. Yields came in at 32 hectoliters per hectare, whereas in most years we are in the 38-40 range.”

Palmer has been one of the staunchest advocates of biodynamic farming in Bordeaux. CEO Thomas Duroux’s account of the season is dramatic. “By the end of June, things looked pretty much under control,” he explained. “We saw a little bit of mildew on the leaves on July 3, but the bunches looked pretty good. On July 5, we got 50mm of rain. Ten days later we experienced a huge outbreak of downy mildew. Usually bunches are less sensitive at this time of year, but we lost 2/3rds of our crop right then. August and September were fantastic. We knew we would make the most concentrated Palmer ever. We took an entire month to harvest the tiny crop of 600 hectoliters of wine, whereas we usually harvest the entire property in two to two and half weeks.” Gonzague Lurton, also a proponent of biodynamic farming, suffered a similar fate at Durfort-Vivens, where yields are just 10 hectoliters per hectare as opposed to 45 or so that are the norm. The entire production was fermented in amphora and is now aging in a combination of 70% barrique and 30% terra cotta.

Other highlights include GiscoursCantenac-Brown and Brane-Cantenac, all of which show the natural radiance of the year while retaining their classic personalities.


Haut-Bailly Technical Director Gabriel Vialard and Managing Director Véronique Sanders made three gorgeous wines in 2018

Pessac-Léognan

Pessac-Léognan is one of the most variable appellations in 2018. Among the reds, Les Carmes Haut-BrionDomaine de ChevalierHaut BaillyPape ClémentMalartic Lagravière and Haut Nouchet are among the highlights. Haut-Brion and La Mission Haut-Brion are less exciting than they usually are, while Smith Haut-Lafitte (Rouge) was not well put together on both occasions I saw it.

Let’s start at the top. The 2018 Les Carmes Haut-Brion is a towering, thrilling wine. Estate Manager Guillaume Pouthier got every ounce of potential out of the vintage. The significant presence of both whole clusters and Cabernet Franc makes Les Carmes one of the most distinctive wines in all of Bordeaux. Domaine de Chevalier impresses with its brilliance and focus, both qualities that are rare in 2018.

Haut-Bailly is another highlight. “Yields were 21 hectoliters per hectare instead of 45,” Managing Director Véronique Sanders and Technical Director Gabriel Vialard recounted. “We had 40mm of rain during flowering. Three factors really influenced the harvest for us  - 1) mildew, 2) coulure on the Merlot and 3) a further loss of 10-15% in the Cabernet Sauvignon because of dehydration. And we had hail at Le Pape.”

“We have become used to seeing warm summers here,” Managing Director Jean-Philippe Delmas told me at Haut-Brion. “Even so, 2018 was the hottest summer we have ever seen here, even hotter than 2003 or 2010. Fortunately, we had cool nights, which helped.” I found the wines from La Mission Haut-Brion a bit light, while Haut-Brion is unusually soft and lacking its characteristic aromatic intensity. It will be interesting to see what élevage brings to the wines of both properties.

While the reds are variable, the whites are average at best. The warm, dry summer was not especially conducive to the production of high-quality dry whites. Smith Haut-Lafitte Blanc and Malartic-Lagravière Blanc are rare highlights. With a few exceptions, the 2018s whites are best enjoyed upon release and for several years thereafter.


Son and father team Olivier and Jean-Claude Berrouet at Petrus

Pomerol

Pomerol is one of the real sweet spots in 2018. Petrus has never been so sensual, inviting and arrestingly beautiful from barrel. Lafleur is utterly magnificent, as are TrotanoyLa Fleur-PétrusLa Conseillante and many others. Vieux Château Certan is deeply intriguing for many reasons, including the high percentage of Cabernet Franc relative to the recent past, but it remains a somewhat enigmatic wine at this stage.

As always, Baptiste Guinaudeau at Lafleur had an especially nuanced take on the vintage. “Everyone talks about the extremes in 2018 – the spring rains and summer heat,” he said. “For us, the most important thing about climate change is not the summer, but that we are experiencing very warm winters. For example, February was 3.3°C hotter than normal, while July was just 1°C warmer than normal. Warmer soils mean that the growing season starts earlier, and that sets the stage for the rest of the year. Once upon a time spring rain was the difference between a poor vintage and a very good one, but after 2016, we know that spring rains are not a big influencing factor, and this is because the soils are warmer than they used to be. We are now getting used to vintages with wide swings in weather conditions.”

Petrus, so often a bruising wine from barrel, is utterly majestic. "We lowered the canopies and left more leaf cover to protect the fruit," Technical Director Olivier Berrouet explained. "The berries were especially small. Cuvaison was a bit longer than normal, but we chose to extract more gently."

“The year was difficult from the beginning to the end,” Estate Manager Marielle Cazaux told me at La Conseillante. The intense east winds at the end of the season resulted in dehydration and tiny berries. It was a year to be a very diligent farmer, but a lazy winemaker, as the wines really extracted easily. We spent a tremendous amount of time fine-tuning the blend. Usually we blend La Conseillante in 3-4 sessions, but the 2018 took 8.”

“It was a year with a tropical spring, very high mildew pressure and a very hot summer,” Alexandre Thienpont recounted at Vieux Château Certan. “I have never seen a vintage like 2018 in which we did not have a single drop of rain from July all the way to harvest. Fortunately we did have cool nights,” he added. “The Merlot was in some cases overly concentrated, with tiny berries, so we used 30% Cabernet Franc in the blend, the highest percentage of Franc since 2011.”

“For me what is most important about 2018 is the sum of daylight hours,” Christian Moueix told me. “We had more hours of sun in 2018 than in any other vintage over the last 50 years. There was some heat stress in younger vines, but the old vines on clay did quite well, especially in sites like Trotanoy.”


Technical Director Gaëlle Barbereau and proprietor Stephan von Neipperg, seen here at Canon La Gaffelière, have made a significant stylistic shift in their wines over the last few years

Saint-Émilion

Saint-Émilion is vast, so it is hard to generalize. Even so, some of the most profound 2018s emerge from these pristine vineyards. At the same time, a number of wines also show the elevated ripeness of the year. It’s hard to know where to start, as there are so many wines that are deserving of note. Moreover, the stylistic shift under way to make wines with more freshness and energy than in the past is heavily centered around Saint-Émilion. Specifically, I am thinking about Troplong-Mondot, Canon and Beauséjour Bécot, Figeac, Millery and Le Prieuré are all wines that emphasize finesse over power. Experiments with large casks at Angélus are fascinating and yet another example of how much things are in a state of evolution in Bordeaux. A move towards harvest earlier and crushing with no SO2 are two of the recent developments that have transformed Stephan von Neipperg’s wines. A handful of 2018s in Saint-Émilion show the elevated ripeness of the year, including Quintus and Bélair-Monange. It will be interesting to see how those wines develop during their élevage.

Alain and Pauline Vauthier produced a gorgeous set of wines in 2018. Naturally, the two wines from Ausone are likely to garner most of the attention, but all of the wines in this range merit serious consideration. Yields were variable. Some properties, like Fonbel, saw losses from mildew of around 30%, while others, including Ausone, were unaffected. As for the 2018 Ausone it is a magical wine.

Cheval Blanc is another star. “Naturally people were very worried about the rain in June,” Technical Director Pierre-Oliver Clouet told me. “But when you look at the actual figures, rain was only a little higher than average. The challenge was that it rained constantly, so finding the right windows to treat the vines was very, very hard. We fought quite a bit against mildew, but fortunately attacks were limited to the leaves and never spread to the grapes,” he added. Usually much sterner in its youth, the 2018 Cheval is sensual, creamy and incredibly inviting, even in the early going. That is also true of wines like Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse and Bellevue Mondotte, which are both softer than they usually are.

“Mildew pressure was an issue, it was the dry October winds and their dehydrating effect on the last Cabernets that impacted yields most,” Technical Director Frédéric Faye told me at Figeac. Like so many of his colleagues, Faye opted for gentler vinifications (in this case with no SO2 at crush), lower temperatures in fermentation and smaller volumes of pumpovers. Faye also hit it out of the park with Millery, the Manoncourt family’s tiny Saint-Émilion property in the Saint-Christophe-des-Bardes sector. The 2018 may turn out even better than the 2016.

Beauséjour BécotCanon and Troplong-Mondot, all of which are overseen by the brilliant young oenologist Thomas Duclos, show a modern way of thinking in Saint-Émilion that prizes freshness and energy over sheer heft. I found much the same in La Gaffelière and Clos Fourtet, both properties where Stéphane Derenoncourt is the consulting winemaker.

Other wines of note include Barde-HautCapet-GuillierClos Saint JulienClos Saint-MartinLe DômeFaugères and Péby FaugèresFleur CardinaleFombraugeFonplégadeFranc MayneLarcis DucasseLes Grandes MuraillesLaroqueL'IfPavieRipeauRol ValentinSansonnetTrotteVieille and Valandraud.

Satellites

Readers will find much to like in Bordeaux’s satellite appellations. The warm summer in many cases gave these wines an extra level of juiciness that makes them incredibly appealing. On the Right Bank, Fronsac is full of brilliant wines, but there is also plenty to like in Montagne-Saint-Émilion and Puisseguin-Saint-Émilion, where the wines are racier and less rustic than they tend to be. Over on the Left Bank, Médoc and Haut-Médoc are too big to really generalize about, except to say that the best wines offer superb quality for the money.

Dry and Sweet Whites

The hot summer seems to have been too much to really allow for the production of first-rate dry whites. There are a few exceptions, of course, but 2018s are mostly flabby and lacking in energy. In short, 2018 is not an exciting vintage for Bordeaux’s dry whites. The sweet wines fared slightly better. Most Sauternes are a bit on the light side and don’t offer the visceral thrill or depth of truly great years. Yquem did not present their 2018 en primeur, while Climens did not have a blend ready to show, so those wines are missing from this report.


Proprietor Michel Reybier and Technical Director Dominique Arangoïts at Cos d’Estournel, one of the stars in 2018

Don’t Miss & Best Buys – The Extraordinary Wines of 2018

These are, in my view, the best wines of 2018. It doesn’t take a whole lot of imagination to put Petrus or Lafleur on a list like this, but those wines, and others, are simply brilliant and more than deserving of praise. At the same time, I fully recognize that some/many of the wines on this list are beyond the reach of the average consumer, which includes me, by the way. For that reason, I have added Best Buys, which are indicated with a ★. These wines deliver exceptional, at times even profound drinking and yet remain very fairly priced. Most of my Best Buys will retail for $100 or less, some much lower than that. In this price range, I am not sure there are too many regions that can equal what Bordeaux offers the consumer in terms of wines of superb quality, pedigree and ageworthiness.

Saint-Estèphe

★ Calon-Ségur – The 2018 is epic, and easily the most compelling wine made by the new regime headed by Laurent Dufau and Vincent Millet 

Cos d’Estournel – A regal, soaring wine, the 2018 is simply majestic and one of the finest in recent years.

Pauillac

★ Fonbadet – This gorgeous, under the radar Pauillac has so much to offer in 2018.

★ Grand Puy Ducasse – The most elegant and nuanced Grand Puy Ducasse in some time.

★ Grand-Puy-Lacoste – The 2018 is a wine of striking precision, energy and class.

Latour – So much of everything - aromatic intensity, richness and structure.

Pichon-Longueville Comtesse de Lalande – The most exciting wine in Pauillac today, Pichon Comtesse continues its ascent into the stratosphere.

Pontet-Canet – A freak of nature, the 2018 is a stunningly rich, singular Pauillac.

Saint-Julien

★ Branaire-Ducru – Simply the finest and most complete Branaire in recent memory.

Léoville Las-Cases – Sumptuous and spectacularly rich, the 2018 Las Cases is atypical but gorgeous in its singularity.

Ducru-Beaucaillou – A Saint-Julien of pure and total sensual beauty.

★ Léoville-Poyferré – A brilliant debut from Sara Lecomte Cuvelier in her first full vintage at the helm.

Margaux

★ Giscours – A rich, sensual and incredibly alluring Margaux.

★ Malescot St. Exupéry – Malescot has never been this racy or supple in the early going. Atypical and yet striking.

Margaux – A regal, soaring wine, the 2018 is absolutely phenomenal.

Palmer – A freakish, super-concentrated Palmer that recalls some of the most legendary vintages made here.

★ Prieuré-Lichine – One of the classiest under the radar wines in Margaux.

★ Rauzan-Ségla – An epic, brilliant Rauzan that will likely take its place as one of the truly legendary wines ever made here.

Pessac-Léognan

★ Les Carmes Haut-Brion – Guillaume Pouthier crafted what is arguably the wine of the vintage in Pessac-Léognan in 2018.

Domaine de Chevalier (Rouge) – A positively dazzling wine from Olivier Bernard that speaks to class and precision.

Pape Clément – Today’s more refined style at Bernard Magrez’s properties is especially evident at Pape Clément.

Haut-Bailly – A memorable wine that masterfully balances richness and energy.

Pomerol

Petrus – Absolutely magical from the very first taste.

Lafleur – A deeply moving wine that satisfies all the senses, from the intellectual to the most hedonistic.

La Conseillante – A vertical, explosive wine of tremendous energy and breeding.

L'Eglise-Clinet – A Pomerol of gravitas and power, L'Eglise-Clinet is also one of the most structured wines of the vintage.

★ Feytit-Clinet – One of the most virile, potent wines of Pomerol and all of Bordeaux, Feytit-Clinet is a bit more approachable in 2018 than it often is at this stage.

La Fleur Petrus – Silky, ample and refined, La Fleur Petrus captures all the best 2018 has to offer.

La Violette – Heady, rich and sumptuous, La Violette is positively striking.

L’Evangile – An opulent, beautifully textured Pomerol long on class.

Trotanoy – A wine of exquisite balance, Trotanoy is unusually refined in the early going.

Saint-Émilion

Angelus – The 2018 is unbelievably elegant, sensual and harmonious at this stage

Ausone – A marvelously complete wine that captures all of the potential of the vintage.

★ Beau-Séjour-Bécot – A regal, soaring Saint-Émilion built on vertical intensity and structure.

★ Canon La Gaffelière – The 2018 is vibrant, nuanced and bursting at the seams with energy.

Cheval Blanc – Cheval is unusually deep and creamy in 2018, with tremendous richness and plenty of structure, all impeccably balanced.

★ Clos Fourtet – A wine of energy, persistence and total harmony. Sublime.

★ La Clotte – The 2018 is remarkably harmonious and polished in the early going. Memorable.

Figeac – Tremendous vertical lift and nuance elevate Figeac to its place as one of the finest wines of the year.

★ Fonplégade – The best and most promising wine proprietors Denise and Stephen Adams have made yet.

★ Larcis Ducasse – The richness of the vintage and the classicism of Larcis come together in an absolutely unforgettable Saint-Émilion.

★ La Gaffelière – A Saint-Émilion of tremendous character and personality.

★ Le Prieuré – The height of grace, understatement and class in Saint-Émilion. Superb.

L’If – Looks like the best vintage yet for Jacques Thienpont’s Saint-Émilion.

★ Millery – This tiny Saint-Émilion continues its ascent into the realm of the elite.

★ Sansonnet – Powerful, sumptuous and also impeccable in its balance.

Troplong Mondot – The transformation here over the last two vintages has been nothing short of remarkable.

Valandraud – Jean-Luc Thunevin and Murielle Andraud crafted a fabulous Valandraud that is much less showy than many other Saint-Émilions in 2018.


Cheval Blanc Technical Director Pierre-Olivier Clouet in front of the oldest Cabernet Franc vines on the property

The Sleepers of 2018

While most of the discussion in Bordeaux tends to center around a few dozen wines, there is so much to discover in some of the lesser-known appellations, many of which offer the consumer a level of value that is unrivalled anywhere in the world. These are my favorite affordable under the radar wines of 2018.

BeaumontLa Tour Carnet
Belle-VueLa Vieille Cure
BonnatLarrivaux
De Francs Les CerisiersLes Charmes Godard
Domaine du Bouscat Caduce   Les Grands Chênes
Cambon La PelouseLes Troix Croix
CharmailL'Isle Fort La Chappelle
La ChenadeMagdeleine Bouhou
CitranMaison Blanche
d'AiguilheMarjosse
d'HanteillanMontlandrie
DalemMoulin Haut-Laroque
Domaine de l'APey La Tour
FontenilPeyrabon
FougeresPotensac
Grand VillagePoujeaux
Gree LaroquePuygueraud Blanc
La DauphineDu Retout
La France DelhommeSenejac
LanessanSociando Mallet
Larose PergansonTour Bayard
Le Pin Beausoleil

I tasted all of the wines in this article during two weeks I spent in Bordeaux in April. As readers will see from the notes, I tasted many wines in this article more than once. Multiple tastings are absolutely essential for wines in barrel. This year, I noted more variability in samples than in the past. Perhaps that had to do with the later malolactic fermentations, general instability of five month-old wines, changing weather, or all of the above. Wines in barrel are always moving targets. That is especially true with the 2018s. We will be adding more notes from satellite appellations and Sauternes over the coming days.

You Might Also Enjoy

2016 Bordeaux…It’s All In The Bottle, Antonio Galloni, January 2019

The DBs: Bordeaux 2016 In Bottle, Neal Martin, January 2019

2017 Bordeaux: The Heart of the Matter, Antonio Galloni, May 2018

2015 Bordeaux: Every Bottle Tells a Story..., Antonio Galloni, February 2018

2016 Bordeaux: It’s Now or Never, Baby, Antonio Galloni, April 2017

Bordeaux’s Radiant 2015s, Antonio Galloni, April 2016


Bordeaux 2018: Back in Black (Version en Français)

PAR ANTONIO GALLONI | 30 AVRIL 2019 

Rive Gauche: Margaux | Pauillac | Pessac-Léognan | Saint-Estèphe | Saint-Julien | Satellites

Rive Droite: Pomerol | Saint-Émilion | Satellites

Ne Manquez Pas et Meilleurs Achats | Les ‘Sleepers’

Deux mille dix-huit était l'une des millésimes les plus dramatiques de l'histoire récente. La grêle, la pluie persistante et les températures élevées de l'été ont mis à l'épreuve la résistance des propriétaires et directeurs techniques tout au long de l'année. Mais surtout, 2018 arrive à un tournant décisif dans l’histoire de Bordeaux. Alors, comment sont devenus les vins?

Protéger L'Avenir de la Critique Indépendante des Vins

Bordeaux est une grande entreprise. Ce n'est pas un secret. Ceci est facilité par les publications sur le vin qui aident les consommateurs et les acheteurs du commerce à naviguer dans un nombre de vins de plus en plus grand. Le système fonctionne principalement parce qu'il existe un élément de confiance… confiance que les opinions des professionnels sont réellement indépendantes. Cependant, la distribution généralisée et non autorisée des scores et de notes de dégustation constitue une menace très sérieuse pour la viabilité future d'une critique de vin réellement indépendante.

Bien sûr, nous reconnaissons que la grande majorité des abonnés à Vinous agissent de manière responsable. Cependant, en février dernier, au moins deux courtiers ont copié et distribué le contenu intégral des articles de Vinous sur leur liste de email sans notre permission. Pour les lecteurs qui ne connaissent peut-être pas la structure de Bordeaux, les courtiers sont des entreprises qui gèrent les relations entre châteaux et négociants. Le plus flagrant de ces cas était un courtier qui avait copié et distribué tout le contenu de mon article 2016 Bordeaux… Tout est dans la bouteille - y compris l’introduction, l’ensemble des scores et des notes - sur leur liste de diffusion. Après avoir été informé de la violation de nos Conditions d'Utilisation, ce courtier a distribué l'intégralité de l'article de Neal Martin: The DBs: Bordeaux 2016 In Bottle à leur liste de diffusion en utilisant un compte non enregistré à leur société.

Dans mes quinze années d’écriture professionnelle sur le vin, je n’ai jamais vu un aussi grand mépris pour la courtoisie professionnelle la plus élémentaire. Le vol du travail d’autres personnes à des fins commerciaux est une faillite morale et un crime contre tous ceux qui s’efforcent de créer des informations de grande qualité. Ce n'est tout simplement pas acceptable. Les scores des 2018 seront publiées le 2 mai, après les vacances en France, ce qui constituera une exception pour les vins déjà proposés sur le marché. Si vous recevez une reproduction électronique complète de Bordeaux 2018: Back in Black, vous recevez du matériel volé. Veuillez envoyer ces courriels à info@vinous.com. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger notre propriété intellectuelle.


Les derniers millésimes ont vu une nette amélioration de la qualité à Laroque, une propriété revitalisée à Saint-Émilion

La Conditions Climatiques de 2018 et Les Vins

Les lecteurs Vinous auront maintenant entendu de nombreux comptes rendus de les conditions climatiques de 2018. Je résumerai les points saillants de manière générale, mais je rappellerai aux lecteurs que les conditions varient considérablement d’un endroit à l’autre, en particulier dans les années compliqués. En ce qui concerne les vins, les meilleurs 2018 sont véritablement magnifiques. Je ne trouve pas la homogénéité de 2016, par example, mais 2018 offre une énorme quantité de choix au consommateur, des vins pour tout les jours jusqu'à les bouteilles plus rares.

L'année a démarré dans un climat frais et humide, ce qui a retardé le débourrement. La floraison c’est déroulée sans difficultés. Quelques propriétés ont signalé des problèmes de coulure pendant la floraison, mais la plupart du temps, les vignes ont donné une grande récolte potentiel, une réponse naturelle à la petite récolte de 2017. Les mois de mai et juin ont été beaucoup plus traumatisants. La grêle s'est abattue sur les Côtes de Bourg (où la plus grande partie de la récolte a été perdue), Blaye et des endroits dans l'Entre-deux-Mères et le Médoc. La Lagune a perdu tour la récolte, tandis que la production a été réduite de moitié à Cantermerle.

La pluie a persisté tout au long du mois de juin, bien que la quantité de pluie ait varié quelque peu d'une appellation à l'autre. Plus que toute autre chose, c’est la persistance de la pluie (plutôt que la quantité) qui a créé des problèmes. Les sols doivent sécher après la pluie pour être accessibles aux tracteurs et aux travailleurs. En 2018, les fenêtres pour entrer physiquement et traiter les vignes étaient très étroites. Mère Nature ne se soucie pas des samedis et des dimanches. Dans certains cas, les week-ends ont fourni les meilleures fenêtres pour traiter les vignes, mais toutes les propriétés n’ont pas les moyens d’intervenir pendant ces jours. Le climat tropical a créé les conditions idéales pour les épidémies généralisées de mildiou. Les propriétés qui exploitent en biodynamie ont vu leurs rendements décimés. Mais dans de nombreux cas, les rendements n'ont pas été aussi affectés, comme le découvriront les lecteurs dans les notes de dégustation.

L'été était brûlant. Pour la plupart des viticulteurs, 2018 a été l'été le plus chaud et le plus sec depuis cinquante ans. La chaleur a concentré les raisins, dans certains cas à un degré extraordinaire. En plus, les vents chauds à la toute fin de la maturation ont déshydraté les raisins. Mais la fin de saison était généralement bénigne et les domaines avaient la liberté de choisir leur dates de vendange quand ils le voulaient. Pour de nombreuses propriétés, la récolte a été particulièrement longue. C'est un point important, car les 2018 n'auraient pu être réalisées qu'aujourd'hui à Bordeaux. Il y a une génération, les directeurs techniques auraient été obligés de faire les vendanges beaucoup plus volumineux, car les cuves devaient être remplis. Aujourd'hui, presque tous les châteaux sont équipés avec des cuves plus petits, ce qui permet aux directeurs techniques de choisir des parcelles plus petites avec beaucoup plus de précision et flexibilité que par le passé. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles les meilleurs 2018 sont des vins superbes. Des baies minuscules et super concentrées ont nécessité une manipulation en douceur dans le chai. Les viticulteurs ont parlé de fermenter à des températures inférieures à la normale, avec une période de temps prolongée sur la peau, mais des extractions beaucoup plus douces. Les sucres étaient élevés et les fermentations souvent longues, en partie parce que les levures bordelaises ne sont pas habituées à travailler avec des raisins riches en sucre. Et cela nous amène à l’état actuel des vins, en élevage.

L'un des aspects les plus fascinants des 2018 est que, à quelques exceptions près, les vins ne goûtent pas du tout à quoi ressemblent les analyses sur papier. Les chiffres indiquent des vins à forte teneur en alcool, des tanins élevés et, dans la plupart des cas, des acidités relativement faibles. Cela peut sembler difficile à croire, mais les vins ne donne pas cette impression au goût. Les meilleurs 2018 sont des vins aromatiquement intenses et profonds qui marient à merveille l'intensité du fruit et du couleur avec la structure. Bien sûr, il y a quelques éxceptions, mais il faut s'y attendre dans un millésime qui a présenté tant de défis.


Le co-propriétaire Valmy Nicolas et la directrice technique Marielle Cazaux à La Conseillante, l'une des stars du millésime

Le Nouveau Bordeaux 
 

Deux mille dix-huit se présente à un moment fascinant de l’histoire Bordelaise. Nous sommes très clairement sur un point d'inflexion qui pourrait très bien être un jour considéré comme un moment déterminant pour Bordeaux. Tout est en train de changer.  

Pour commencer, le nombre de châteaux qui ont changé de propriétaire et/ou de direction technique au cours des cinq dernières années (mais moins de dix) est tout simplement stupéfiant. Ceux-ci incluent: Beau-Séjour-Bécot, Bellefont-Belcier, Berliquet, Beychevelle, Calon-Ségur, Canon, Les Carmes Haut-Brion, La Clotte La Conseillante, Figeac, Fonbadet, Laroque, Léoville-Poyferré, Montrose, Pichon-Longueville Comtesse de Lalande, Petit-Village, Le Prieuré, Prieuré-Lichine, Rauzan-Ségla, Tour Saint Christophe, Troplong Mondot et Vray Croix de Gay, entre autres.  

Malgré la maturité intense de 2018, il y’a un très clair et grand volonté de ramasser les raisins plus tôt que par le passé, ce qui donne des vins d'une plus grande fraîcheur. Les extractions sont généralement plus douces, tandis que l’impact du bois neuf a nettement diminué dans de nombreux vins. Les amphores en terre cuite, les fûts et autres récipients de fermentation/élevage qui ne sont pas traditionnels à Bordeaux sont présents dans un nombre toujours croissant de chais. Je constate une augmentation d'essais avec vendange entière en fermentation, une autre technique qui n'est pas du tout typique ici. Un nombre de viticulteurs expérimentent l’absence de SO2 pendant les vinifications et les premiers stades d'élevage, ce qui, selon eux, augmente l’ouverture aromatique des vins. Mis à part les défis de 2018, le passage à une approche a la viticulture moins invasif et à la biodynamie - ce qui est relativement nouveau pour Bordeaux - est en augmentation. Il y a à peine cinq ou six ans, je n'aurais pas pu écrire ce paragraphe. Aujourd'hui, le rythme du changement est très vite, ce qui fait de Bordeaux l'une des régions les plus dynamiques et les plus passionnantes au monde.




Le directeur technique, Vincent Millet, et le directeur général Laurent Dufau, à Calon Ségur, où les deux vins sont exceptionnels en 2018

Les 2018s Par Appellation

Saint-Estèphe

Saint-Estèphe est l'un des sommets incontestés de 2018, le meilleur et le plus cohérent millésime ici depuis 2014. Beaucoup vins sont brillants. Cos d’Estournel et Calon Ségur, en particulier, sont extraordinaires. Montrose et Lafon-Rochet ne sont pas trop loin derrière. Phélan Ségur est magnifique, Haut-Marbuzet est sans doute le «Sleeper» de l'appellation, Meyney est plus nuancé qu'il ne l'a été récemment, Lilian Ladouys devrait être une valeur fabuleuse et les deuxièmes vins (Les Pagodes de Cos, Le Marquis de Calon Ségur et La Dame de Montrose) sont tous superbes. 

«Ce qui semblait être une récolte tardive s’est avéré être précoce»,  a déclaré le propriétaire du Cos d’Estournel, Michel Reybier, et le directeur technique, Dominique Arangoïts. «Les récoltes ont été annoncées le 19 septembre et se sont terminées le 6 octobre. Le merlot et le cabernet étaient tous deux à 14,5% d’alcool, ce qui est inhabituel. Le merlot avait la tension du cabernet et le cabernet la douceur du merlot. C’est quelque chose que je n’ai jamais vu auparavant. Le millésime domine la variété. Les vents secs à la fin de la saison ont concentré le fruit. Les rendements n'étaient que de 30 hectolitres par hectare, ce qui est nettement inférieur aux 40 ans les plus typiques. Les raisins étaient très mûrs, nous avons donc choisi de vinifier et d'abaisser les températures», une approche commune à la plupart des vignerons en 2018. «C'est une année tout à fait unique», ont expliqué le directeur général, Laurent Dufau, et le directeur technique, Vincent Millet à Calon Ségur. «Les alcools sont environ 0,5% plus élevés que la normale, mais les acidités le sont tout autant: les pH sont inférieurs à la normale. Les moûts étaient riches. Nous savions que les cuvaisons seraient longues et que les vins seraient faciles à extraire par eux-mêmes. Nous n'avons quasiment pas abattu et avons maintenu les températures dans la partie inférieure.» 

«En termes de pluie, de chaleur et de soleil, 2018 est très similaire à 2009», a déclaré le directeur général de Montrose, Hervé Berland. Montrose a été confrontée à des problèmes de mildiou en 2018, avec 75 à 80% de la propriété exploitée en biodynamie. «Mais en fin de compte, la déshydratation en été était un facteur plus important que le mildiou en termes de rendement. Notre production à Montrose était de 25 hectolitres par hectare, contrairement à notre moyenne historique récente d'environ 35%», a expliqué le directeur technique, Vincent Decup. Phélan Ségur est l’un des meilleurs vins de 2018. "La pluie a été environ 20% plus élevée que la normale", a expliqué le directeur technique, Fabrice Bacquey. "Les vignes ont bien résisté pendant l'été, même si nous avons commencé à voir les signes de stress dû à la chaleur au début de septembre. Une tempête brève mais intense le 6 septembre a été utile pour rétablir l'équilibre."

Pauillac

Pichon-ComtessePontet-Canet et Latour sont les vins les plus intéressants en 2018, suivis par le Grand Puy LacostePichon Baron et Lynch Bages. Mais Pauillac est plein de vins superbes, à tous les prix. Les lecteurs trouveront beaucoup de plaisir dans certains des châteaux les moins prestigieux de l’appellation. Ces propriétés, souvent sont situées dans microclimats moins favorisés, et qui on la tendance a pouvant produire des vins plus maigres, ont en réalité bénéficié de la richesse supplémentaire de la chaleur estivale. Je pense à des vins comme Pibrand’Armailhac et Clerc-Milon, qui sont tous prometteurs. Fonbadet est le «Sleeper» de l'appellation. Lafite-Rothschild et Mouton-Rothschild sont tous deux très bons, mais ils ne sont ni remarquables ni excitants viscéralement. «Je n'ai pas vu ce genre de pression causée par la moisissure depuis 1988, mais je suis un vieil homme, et je n'étais pas trop inquiet», a déclaré le directeur général Philippe Dhalluin à Mouton-Rothschild. «Les rendements ont baissé de 2 à 7% dans nos différents châteaux. La floraison était très précoce. Nous avions une coulure assez sévère dans le cabernet sauvignon à Mouton et d'Armailhac, tous deux situés sur un sol graveleux profond qui a fleuri au cours d'une période très instable en 2018. Clerc-Milon, qui se trouve juste à côté (de Mouton), sur des sols beaucoup plus frais, a fleuri quatre jours plus tard et n’avaient aucun problème.»

Peu de viticulteurs peuvent rivaliser avec Nicolas Glumineau à Pichon-Comtesse en matière de pure passion et de dévouement total à la production du meilleur vin possible. «Je ne suis qu’une deuxième cru», dit-il avec une modestie typique. "Pour beaucoup de gens, Pichon-Comtesse ne sera jamais aussi bien considéré que les premiers." Je ne suis pas sûr d'être d'accord. Le Pichon-Comtesse 2018 fait partie des vins du millésime et s'annonce très proche de 2016 en termes de qualité. «La plus grande différence entre 2018 et 2016 n'est pas les cabernets, mais les merlots, et nous sommes sur la rive gauche», a ajouté Glumineau. «Je pense que 2018 est plus hétérogène que ce à quoi les gens s'attendent, car en tant que viticulteurs, nous devions nous demander: 'Quel est le vin que je veux faire?'»

«Je ne peux pas dire que j'ai vraiment compris le millésime. À la fin de la journée, j'ai perdu les deux tiers de la récolte pour mon patron», m'a dit le directeur technique, Jean-Michel Comme, d'une voix naturellement sombre, lors de ma visite à Pontet-Canet. Les rendements n'étaient que de 11 hectolitres par hectare contre 30 à 35 qui sont plus typiques. «Les effets de le mildiou étaient simplement dévastateurs. Le 14 juillet, nous allions bien, mais ce week-end a été dramatique. Le 16 juillet, nous avions perdu 30% des Merlots», a expliqué Comme. «Tous les raisins ont été pressés en grappes entières. En raison de la petite récolte, nous avons pu vinifier la totalité de la production dans nos nouveaux cuves en béton, en n’utilisant énergie électrique, juste des remontages manuels. Le 2018 est élevé à 55% en barriques neufs et à 45% dans les amphores de terre cuite, en plus d'amphore que d’habitude.» Quant au vin, c'est l'un des vins les plus intenses et les plus concentrés de tout le millésime.

«Les rendements étaient de 24 hectolitres par hectare, ce qui est en baisse par rapport aux 35 qui sont plus typiques ici», a expliqué la directrice technique, Hélène Genin, à Latour. Les rendements ont toutefois été extrêmement inégaux, certains parcelles n’ayant pas du tout été touchés par le mildiou et d’autres ne produisant presque rien. Nous avons également remarqué que les vignes plantées avec du matériel massale étaient plus résistantes au mildiou en raison de leur diversité, tandis que dans les parcelles plantées avec des sélections clonales, les vignes subissaient toutes le même niveau de pertes. L'un des défis étant de garder tous nos lots séparés, nous avons donc opté pour des cuves de fermentation plus petites. Notre approche consistait à travailler avec des extractions plus douces et à préserver autant d'oxygène que possible. Nous avons fait moins de délestages que la normale et les avons limités au début des fermentations », a-t-elle expliqué.



Le chai presque vide de Pontet-Canet est un rappel des effets dévastateurs du mildiou en 2018  

Saint-Julien
 

Saint-Julien est une autre étoile en 2018. Certes, l'appellation est petite, la qualité est souvent assez homogène. Néanmoins, j'ai été profondément impressionné par ce que j'ai goûté. Léoville Las Cases et Ducru-Beaucaillou ne font pas partie du classement, mais ces propriétés ont pris de l'ampleur ces derniers temps. Cela ne sera donc pas une grande surprise. Oui, les deux vins sont incroyablement riches et concentrés, et pourtant ils portent magnifiquement leur richesse naturelle. Léoville Las Cases a une teneur en alcool de 14,5%, le plus haut de tous les temps, mais il est aussi intensément aromatique. Les tanins mûrs font du 2018 l'un des Las Cases les plus élégants et les plus sensuels que je me souvienne. La décision d'utiliser très peu de vin de presse (2,5% contre le plus typique des 6-12 %) semble également jouer un rôle important pour donner à 2018 un coup de pouce supplémentaire en matière de richesse et texture. «Nous avions 30 jours au-dessus de 30°C et 5 jours au-dessus de 35°C», a expliqué le propriétaire Bruno Borie à Ducru-Beaucaillou. «Il est intéressant de noter que le changement climatique semble avoir un impact sur la maturation du cabernet sauvignon, en particulier sur la qualité des tanins, mais ne semble pas affecter la durée du cycle 
végétatif», a-t-il expliqué. «Ce sont sans aucun doute les cabernets les plus mûrs que nous ayons jamais récoltés. Les pépins étaient mûres avant les peaux. Nous n'avons jamais vu des baies aussi petites. En raison du faible ratio jus/peau, nous avons opté pour les extractions les plus douces possibles.» 

Aussi exceptionnels que soient les grands vins, les vraies surprises à Saint-Julien sont ailleurs. Dans son premier millésime sur les rênes de la propriété familiale, Sara Lecomte Cuvelier a réalisé une magnifique Léoville-Poyferré. Même si elle hésitait à dire beaucoup de choses sur son 2018 avec son prédécesseur et son cousin Didier Cuvelier dans la salle de dégustation, il ne fait aucun doute que le 2018 montre de plus de fraîcheur et d'énergie que dans le passé récent. Quel vin!

Branaire-Ducru est une autre vin magnifique. «Cette année, l'assemblage contient un peu plus de merlot, car les merlots étaient très bons», a expliqué le propriétaire François Xavier Maroteau. «Nous avons laissé mûrir un colis très tard, dans la fenêtre dans laquelle nous récoltons notre Cabernet Sauvignon, et cette parcelle est finalement passée dans le Grand Vin.» Les rendements étaient très bons, soit 50 hectolitres par hectare. "L'alcool a atteint 14,3%, tandis que le pH de 3,6 est inférieur à celui de 2010", a ajouté le directeur technique, Jean-Dominque Videau. À mon avis, le vin est bien plus que de simples chiffres. Dans certains millésimes, Branaire-Ducru peut être un peu léger, mais le 2018 est riche sans être lourd. Je ne serais pas surpris que cela devienne une référence moderne. BeychevelleLéoville-BartonLangoa BartonLagrange et Talbot sont tous excellents et méritent d’attention, de même que bon nombre des seconds vins couverts dans cet article. Gloria et Saint-Pierre vont absolument ravir les lecteurs avec un budget. Les seuls Saint-Juliens décevants que j'ai goûtés étaient à Gruaud-Larose. Peut-être que l'élevage aidera. Nous verrons.



Thomas Duroux à Palmer était de bonne humeur malgré le fait que la production de 2018 ait considérablement diminué par le mildiou 
 

Margaux 

Margaux est sans doute l'appellation de la rive gauche qui offre la plus grande distinction entre qualité et style de vin. Les rendements ont été particulièrement touchées dans les propriétés qui exploitent en biodynamie. Rauzan-SéglaPalmer et Durfort-Vivens se vantent de leur onctuosité et de leur concentration, alors que des vins tels que GiscoursCantenac-Brown et Brane-Cantenac sont façonnés plus doucement par le millésime. Château Margaux a réalisé une brillante performance sur ses trois vins.

«Nous essayons de travailler de la manière la plus naturel possible,» a expliqué le directeur général Philippe Bascaules au Château Margaux. «Nous avons commencé par des traitements naturels au cuivre et au soufre. La pression de la maladie était extrêmement élevée au début de juillet. Notre propriétaire, Corinne Mentzelopoulos, nous a dit qu'elle n'était pas prête à perdre la moitié de la récolte. Nous sommes donc intervenus avec des produits synthétiques, ce qui a finalement permis de sauver notre récolte. Les rendements sont encore en baisse d’environ 30%, soit 30 hectolitres par hectare contre 40 à 45% que nous préférons.» Les lecteurs auront une bonne idée du style de l’année en goûtant au Pavillon Rouge, qui est plutôt un peu plus riche et racé que d'habitude, le Grand Vin a beaucoup d'intensité, mais il possède le style inimitable qui rend Château Margaux si unique. 

Le directeur de la propriété, Nicolas Audebert, et son équipe ont créé une Rauzan-Ségla fantastique qui pourrait bien devenir l’un des meilleurs millésimes jamais réalisés sur cette propriété. C'est un vin vraiment remarquable. «Rauzan-Ségla est une mosaïque d'environ 100 parcelles. Il est donc beaucoup plus difficile à surveiller et à travailler que Canon, qui est essentiellement une parcelle», a expliqué Audebert. «Nous avons observé une pression de mildiou plus tôt à Rauzan que dans d’autres propriétés. Pour nous, l'été très sec et les vents chauds d'octobre ont été un facteur beaucoup plus déterminant dans la création de la personnalité de l'année, car nous avons été témoins d'une assez grande déshydratation, en particulier sur les sols graveleux. Les rendements ont été de 32 hectolitres par hectare, alors que la plupart des années, nous sommes dans la fourchette 38-40.»

Palmer a été l’un des premiers à adopter l’agriculture biodynamique à Bordeaux et reste l’un de ses plus fervents défenseurs. Le histoire de la saison du directeur général Thomas Duroux est dramatique. «À la fin du mois de juin, les choses semblaient bien maîtrisées», a-t-il expliqué. «Nous avons vu un peu de mildiou sur les feuilles le 3 juillet, mais les grappes avaient l'air plutôt bonnes. Le 5 juillet, nous avons reçu 50 mm de pluie. Dix jours plus tard, nous avons connu une énorme épidémie de mildiou. Les grappes sont généralement moins sensibles à cette période de l'année, mais nous avons perdu les deux tiers de notre récolte à ce moment-là. Août et septembre étaient fantastiques. Nous savions que nous ferions le Palmer le plus concentré de tous les temps. Nous avons mis un mois entier à récolter la minuscule récolte de 600 hectolitres de vin, alors que nous récoltons habituellement toute la propriété en deux à deux semaines et demie.» Gonzague Lurton, également promoteur de l'agriculture biodynamique, a connu le même sort à Durfort-Vivens, où les rendements ne sont que de 10 hectolitres par hectare contre environ 45, ce qui est la norme. La totalité de la production a été fermentée dans de l'amphore, et suit son élevage dans une combinaison de 70% de barrique et de 30% amphore. GiscoursCantenac-Brown et Brane-Cantenac sont également à l'honneur. Ils montrent tous l'éclat naturel de l'année tout en conservant leur personnalité classique. 



Le directeur technique de Haut-Bailly, Gabriel Vialard, et la directrice générale, Véronique Sanders, ont élaboré trois vins magnifiques en 2018.

Pessac-Léognan

Pessac-Léognan est l'une des appellations les plus variables en 2018. Danes les rouges, Les Carmes Haut-BrionDomaine de ChevalierHaut-BaillyPape ClémentMalartic Lagravière et Haut Nouchet sont les vins plus remarquables. Haut-Brion et La Mission Haut-Brion sont moins excitants qu'ils ne le sont d'habitude, tandis que Smith Haut Lafitte (Rouge) n'a pas bien montré à deux occasions. 

Commençons par le haut. Les Carmes Haut-Brion est un vin imposant et passionnant. Le directeur de la propriété Guillaume Pouthier, a tiré le maximum du potentiel du millésime. La présence significative de grappes entières et de cabernet franc fait des Carmes l’un des vins les plus distinctifs de Bordeaux. Domaine de Chevalier impressionne par son éclat et sa concentration, qualités rares en 2018. Haut-Bailly est un autre point fort. «Les rendements étaient de 21 hectolitres par hectare au lieu de 45», ont déclaré la directrice générale, Véronique Sanders, et le directeur technique, Gabriel Vialard. «Nous avons eu 40 mm de pluie pendant la floraison. Trois facteurs ont réellement influencé la récolte: 1) le mildiou, 2) la coulure sur le merlot et 3) une perte supplémentaire de 10 à 15% dans le cabernet sauvignon en raison de la déshydratation. Et nous avons été grêlées a Le Pape


«Nous sommes habitués à voir des étés chauds ici», m'a confié le directeur général, Jean-Philippe Delmas, à Haut-Brion. «Malgré tout, 2018 a été l'été le plus chaud que nous ayons jamais vu ici, encore plus chaud que 2003 ou 2010. Heureusement, nous avons eu des nuits fraîches, qui nous a aidé. J'ai trouvé les vins de La Mission Haut-Brion un peu légers, tandis que le Haut-Brion est exceptionnellement doux et manque de son intensité aromatique caractéristique. Il sera intéressant de voir ce que l'élevage apporte aux vins des deux propriétés.

Alors que les rouges sont variables, les blancs sont au mieux moyens. L'été chaud et sec n'était pas particulièrement propice à la production de blancs secs de haute qualité. Smith Haut-Lafitte Blanc et Malartic-Lagravière Blanc sont des faits saillants rares. À quelques exceptions près, les Blancs des années 2018 se dégustent mieux dès leur sortie et pendant quelques années par la suite.


Fils et père Olivier et Jean-Claude Berrouet chez Petrus

Pomerol

Pomerol est l'un des endroits les plus attrayants de 2018. Petrus n'a jamais été aussi sensuel, invitant et d'une beauté saisissante en primeur. Lafleur est tout à fait magnifique, tout comme TrotanoyLa Fleur-PétrusLa Conseillante et bien d'autres. Vieux Château Certan est profondément intriguant pour de nombreuses raisons, notamment le pourcentage élevé de cabernet franc par rapport au passé récent, mais il reste un vin quelque peu énigmatique à ce stade. 

Comme toujours, Baptiste Guinaudeau chez Lafleur avait une vision particulièrement nuancée du millésime. «Tout le monde parle des extrêmes en 2018 - des pluies de printemps et de la chaleur estivale», a-t-il déclaré. «Pour nous, le plus important en matière de changement climatique n'est pas l'été, mais les hivers sont très chauds. Par exemple, en février, la température était supérieure de 3,3 °C à la normale, tandis que celle de juillet était supérieure de seulement 1°C à la normale. Des sols plus chauds signifient que la saison commence plus tôt, ce qui ouvre la voie au reste de l'année. Il était une fois la pluie de printemps qui faisait la différence entre un mauvais millésime et un très bon millésime, mais après 2016, nous savons que les pluies de printemps ne sont plus un facteur déterminant, car les sols sont plus chauds qu'avant. Nous nous habituons maintenant à des millésimes caractérisés par de fortes variations météorologiques.» 

Petrus, si souvent un vin très intense en primeur, est tout à fait majestueux. "Nous avons abaissé les canopées et laissé plus de feuilles pour protéger le fruit", a expliqué le directeur technique, Olivier Berrouet. "Les baies étaient particulièrement petites. Les cuvaison ont était un peu plus longues que la normale, mais nous avons choisi d'extraire plus doucement."

«L'année a été difficile du début à la fin», m'a confié Marielle Cazaux, directrice du domaine à La Conseillante. «Les vents violents d'est en fin de saison ont entraîné une déshydratation et de minuscules baies. Ce fut une année pour être un viticulteur très diligent, mais un oenologue paresseux, car les vins étaient vraiment faciles à extraire. Nous avons passé énormément de temps à peaufiner le mélange. Habituellement, nous mélangeons La Conseillante en 3-4 sessions, mais 2018 en a eu 8.» 

«C'était un année marquée par un printemps tropical, une très forte pression de moisissure et un été très chaud», a raconté Alexandre Thienpont au Vieux Château Certan. «Je n'ai jamais vu un millésime comme 2018 dans lequel nous n'avons pas eu une seule goutte de pluie de juillet à la récolte. Heureusement, nous avons eu des nuits fraîches », a-t-il ajouté. «Dans certains cas, le merlot était trop concentré et présentait des baies minuscules. Nous avons donc utilisé 30% de cabernet franc dans l'assemblage, soit le pourcentage le plus élevé de franc depuis 2011.» 

«Pour moi, le plus important en 2018 est la somme des heures du soleil», m'a dit Christian Moueix. «En 2018, nous avons eu plus d'heures de soleil que tout autre millésime au cours des 50 dernières années. Les jeunes vignes étaient stressées par la chaleur, mais les vieilles vignes sur argile se sont bien comportées, en particulier dans des sites comme Trotanoy. ”


La directrice technique Gaëlle Barbereau et le propriétaire Stephan von Neipperg, vus ici au Canon La Gaffelière, ont apporté un changement stylistique significatif à leurs vins au cours des dernières années  

Saint-Émilion
 

Saint-Émilion est vaste, il est donc difficile de généraliser. Néanmoins, certains des 2018 les plus profonds émergent de ces vignobles immaculées. Dans le même temps, un certain nombre de vins montrent également la maturité élevée de l'année. Il est difficile de savoir par où commencer, tant de vins méritent d’être mentionnés. De plus, le virage stylistique en cours pour produire des vins plus frais et énergiques que par le passé est fortement centré autour de Saint-Émilion. Je pense en particulier à Troplong-MondotCanon et Beau-Séjour BécotFigeacMillery et Le Prieuré sont tous des vins qui privilégient la finesse au pouvoir. Les expériences avec de grands fûts à Angélus sont fascinantes et constituent un autre exemple de l’évolution de la situation à Bordeaux. Une évolution vers une récolte plus précoce et les vinifications sans SO2 sont deux des développements récents qui ont transformé les vins de Stephan von Neipperg. Quelques vins montre la maturité élevée de l'année, y compris Quintus et Bélair-Monange. Il sera intéressant de voir comment ces vins se développeront au cours de leur élevage. 

Alain et Pauline Vauthier ont produit un superbe ensemble de vins en 2018. Bien entendu, les deux vins d'Ausone devraient attirer l'attention, mais tous les vins de cette gamme méritent de 
considération sérieuse. Les rendements étaient variables. Certaines propriétés, comme Fonbel, ont subi des pertes dues au mildiou d'environ 30%, alors que d'autres, notamment à Ausone, n'ont pas été touchées. Quant à l'Ausone 2018, c'est un vin magique.

Cheval Blanc est une autre étoile. «Naturellement, les pluies de juin ont inquiété les personnes», a déclaré le directeur technique, Pierre-Oliver Clouet. «Mais quand on regarde les chiffres réels, la pluie n’est que légèrement supérieure à la moyenne. Le défi était qu’il pleuvait constamment, il était donc très difficile de trouver les bonnes fenêtres pour traiter la vigne. Nous nous sommes beaucoup battus contre le mildiou, mais heureusement, les attaques ont été limitées aux feuilles et ne se sont jamais étendues aux raisins», a-t-il ajouté. Habituellement beaucoup plus sévère dans sa jeunesse, le Cheval 2018 est sensuel, crémeux et incroyablement attrayant, même au début. Cela est également vrai pour les vins comme Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse et Bellevue Mondotte, qui sont tous les deux plus doux qu'ils ne le sont habituellement. 

«La pression du mildiou était un problème, ce sont les vents secs d’octobre et leur effet déshydratant sur les derniers cabernets qui ont le plus affecté les rendements», a déclaré Frédéric Faye, directeur technique, à Figeac. Comme beaucoup de ses collègues, Faye a opté pour des vinifications plus douces (dans ce cas, sans SO2 au depart), des températures de fermentation plus basses et de plus petits volumes de remontages. Faye a également eu un autre grand succès avec Millery, la toute petite propriété de la famille Manoncourt située à Saint-Émilion, dans le secteur de Saint-Christophe-des-Bardes. Le 2018 pourrait être encore meilleur que le 2016. Beau-Séjour BécotCanon et Troplong-Mondot, tous conseillées par le brillant jeune œnologue Thomas Duclos, montrent à Saint-Émilion une façon de penser moderne qui privilégie la fraîcheur et l'énergie sur la puissance seul. J'ai trouvé à peu près la même chose à La Gaffelière et Clos Fourtet, deux propriétés où Stéphane Derenoncourt est l'œnologue conseille.

Parmi les autres vins à noter figurent Barde-Haut, Capet-Guillier, Clos Saint Julien, Clos Saint-Martin, Le Dôme, Faugères et Péby Faugères, Fleur Cardinale, Fombrauge, Fonplégade, Franc Mayne, Larcis Ducasse, Les Grandes Murailles, Laroque, L 'Si, Pavie, Ripeau, Rol Valentin, Sansonnet, TrotteVieille et Valandraud. 

Les Satellites
 

Les lecteurs trouveront beaucoup de plaisir dans les appellations satellites de Bordeaux. L'été chaud a souvent donné à ces vins un niveau de richesse supplémentaire qui les rend incroyablement attractifs. Sur la rive droite, Fronsac est plein de vins brillants, mais il y en a aussi beaucoup à Montagne-Saint-Émilion et à Puisseguin-Saint-Émilion, où les vins sont plus racés et moins rustiques qu'ils ne le sont généralement. Sur la rive gauche, le Médoc et le Haut-Médoc sont trop gros pour être généralisés, sauf pour dire que les meilleurs vins offrent un excellent rapport qualité-prix. 

Blancs Secs et Vins Doux 

L'été chaud semble avoir été trop difficile pour permettre la production de blancs secs de premier ordre. Il y a quelques exceptions, bien sûr, mais les 2018 sont généralement molles et manquent d'énergie. En bref, 2018 n’est pas un millésime excitant pour les blancs secs de Bordeaux. Les vins doux se sont légèrement meilleur. La plupart des Sauternes sont un peu légers et n’offrent pas le frisson viscéral ni la profondeur des années les plus réussies. Yquem n'a pas présenté son en 2018 en primeur, alors que Climens n'avait pas d'assemblage prêt à être montré, ces vins sont donc absents de ce dossier.


Le propriétaire Michel Reybier et le directeur technique Dominique Arangoïts aCos d’Estournel, l’une des stars de 2018 

Les Vins Extraordinaires de 2018 – Ne Manquez Pas & Meilleurs Achats 

Ce sont, à mon avis, les meilleurs vins de 2018. Cela ne prend pas beaucoup d'imagination de mettre Petrus ou Lafleur sur une telle liste, mais ces vins, et d'autres, sont tout simplement brillants et méritent des éloges. En même temps, je reconnais pleinement que certains / plusieurs des vins figurant sur cette liste sont hors de la portée du consommateur moyen, ce qui est mon cas, à propos. Pour cette raison, j'ai ajouté les meilleurs achats, qui sont indiqués par un ★. Ces vins sont superbes, dans certains cas, profond, avec des rapports qualité prix exceptionelles. La plupart de mes meilleurs achats seront vendus au prix de 100 USD ou moins, certains beaucoup plus bas que cela. Dans cette gamme de prix, je ne suis pas sûr qu'il y ait trop de régions pouvant égaler ce que Bordeaux offre au consommateur en termes de vins de garde avec un un très haut niveau de qualité et de personnalité.

Saint-Estèphe

Calon-Ségur - Le 2018 est magnifique et constitue sans conteste le vin le plus convaincant du nouveau régime dirigé par Laurent Dufau et Vincent Millet. 

Cos d’Estournel - Vin complex et aristocratique, le 2018 est tout simplement superbe et l’un des meilleurs de ces dernières années. 

Pauillac
 

★ Fonbadet - Un jolie Pauillac qui reste pas très connu.

Grand Puy Ducasse - Le Grand Puy Ducasse le plus élégant et nuancé dans les dernières années

Grand-Puy-Lacoste - Le 2018 est un vin d'une précision saisissante, d'énergie et de classe. 

Latour - Tellement de tout - intensité aromatique, richesse et structure. 

Pichon-Longueville Comtesse de Lalande - Le vin le plus passionnant de Pauillac aujourd'hui, Pichon Comtesse poursuit son ascension dans la stratosphère. 

Pontet-Canet - Un monstre de la nature, le 2018 est un Pauillac incroyablement riche et singulier. 

Saint-Julien
 

Branaire-Ducru - Tout simplement le Branaire le plus fin et le plus complet de mémoire récente. 

Léoville Las-Cases - Somptueux et d'une richesse spectaculaire, le Las Cases 2018 est atypique mais magnifique par sa singularité. 

Ducru-Beaucaillou - Un Saint-Julien d'une beauté sensuelle pure et totale.

Léoville-Poyferré - Dans son premier millésime, Sara Lecomte Cuvelier a réalisé un Léoville-Poyferré magnifique.

Margaux
 

Giscours - Une Margaux riche, sensuelle et incroyablement séduisante. 

Malescot St. Exupéry - Malescot n'a jamais été aussi racé et aussi souple au début. Atypique mais splendide. 

Margaux - Un vin majestueux et flamboyant, le 2018 est absolument phénoménal. 

Palmer - Un Palmer intense et super concentré qui rappelle certains des millésimes les plus légendaires réalisés ici. 

Prieuré-Lichine - L'un des vins les plus raffinés mais pas totalement apprecié de Margaux. 

Rauzan-Ségla - Un Rauzan épique et brillant qui prendra probablement sa place parmi les vins véritablement légendaires jamais réalisés ici.

Pessac-Léognan

Les Carmes Haut-Brion - Guillaume Pouthier a produit en 2018 ce qui que pourrait être le vin du millésime à Pessac-Léognan.

Domaine de Chevalier (Rouge) - Un vin positivement éblouissant d'Olivier Bernard qui parle avec classe et précision.

Pape Clément - Le style plus raffiné d’aujourd’hui sur les propriétés de Bernard Magrez est particulièrement manifeste chez Pape Clément.

Haut-Bailly - Un vin mémorable qui équilibre de manière magistrale richesse et énergie.

Pomerol

Petrus - Absolument magique dès le premier goût.

Lafleur - Un vin profondément émouvant qui satisfait tous les sens, de l'intellectuel au plus hédoniste.

La Conseillante - Un vin vertical, explosif, d'une énergie et d'un personnalité extraordinaire.

L'Eglise-Clinet - Pomerol de gravitas et de puissance, L'Eglise-Clinet est également l'un des vins les plus structurés du millésime.

Feytit-Clinet - Un des vins les plus virils et les plus puissants de Pomerol et de Bordeaux, Feytit-Clinet est un peu plus abordable en 2018 qu'il ne l'est souvent à ce stade.

La Fleur-Pétrus - Soyeuse, ample et raffinée, La Fleur-Pétrus capture tout ce que 2018 a de mieux à offrir.

La Violette - Enrouée, riche et somptueuse, La Violette est étonnamment frappante.

L’Evangile - Un pomerol opulent et joliment texturé, long en classe.

Trotanoy - Un vin d'un équilibre exquis, le Trotanoy est inhabituellement raffiné au début.

Saint-Émilion

Angelus - Le 2018 est incroyablement élégant, sensuel et harmonieux à ce stade.

Ausone - Un vin merveilleusement complet qui capte tout le potentiel du millésime.

Beau-Séjour-Bécot - Un Saint-Émilion majestueux et imposant construit sur une intensité et une structure verticale.

Canon La Gaffelière - La 2018 est dynamique, nuancée et débordante d'énergie.

Cheval Blanc - Cheval est exceptionnellement profond et crémeux en 2018, avec une richesse énorme et beaucoup de structure, tous impeccablement équilibrés.

Clos Fourtet - Un vin d'énergie, de persistance et d'harmonie totale. Sublime.

La Clotte - Le 2018 est remarquablement harmonieux et poli au tout début. Mémorable.

Figeac - Une ascension verticale et des nuances incroyables font de Figeac l'un des meilleurs vins de l'année.

Fonplégade - Les propriétaires de vin les meilleurs et les plus prometteurs que Denise et Stephen Adams ont encore formés.

Larcis Ducasse - La richesse du millésime et le classicisme de Larcis s'unissent dans un Saint-Émilion absolument inoubliable.

La Gaffelière - Un Saint-Émilion au caractère extraordinaire.

Le Prieuré - Le summum de la grâce, de la discrétion et de la classe à Saint-Émilion. Superbe.

L’If - C’est le meilleur millésime pour le Saint-Émilion de Jacques Thienpont.

Millery - Ce petit Saint-Émilion poursuit son ascension dans le domaine des élites.

Sansonnet - Puissant, somptueux et impeccable dans son équilibre.

Troplong Mondot - La transformation dans les deux derniers millésimes a été remarquable.

Valandraud - Jean-Luc Thunevin et Murielle Andraud ont réalisé un Valandraud fabuleux et beaucoup moins ouvert de nombreux autres Saint-Émilions en 2018.


Cheval Blanc Technical Director Pierre-Olivier Clouet in front of the oldest Cabernet Franc vines on the property

Les 'Sleepers' de 2018

À Bordeaux, la plupart des discussions portent généralement sur quelques dizaines de vins, mais il y a tant à découvrir dans certaines appellations moins connues, dont beaucoup offrent au consommateur un niveau de valeur sans égal dans le monde. Ce sont mes vins préférés à prix abordable de 2018.

BeaumontLa Tour Carnet
Belle-VueLa Vieille Cure
BonnatLarrivaux
De Francs Les CerisiersLes Charmes Godard
Domaine du Bouscat Caduce   Les Grands Chênes
Cambon La PelouseLes Troix Croix
CharmailL'Isle Fort La Chappelle
La ChenadeMagdeleine Bouhou
CitranMaison Blanche
d'AiguilheMarjosse
d'HanteillanMontlandrie
DalemMoulin Haut-Laroque
Domaine de l'APey La Tour
FontenilPeyrabon
FougeresPotensac
Grand VillagePoujeaux
Gree LaroquePuygueraud Blanc
La DauphineDu Retout
La France DelhommeSenejac
LanessanSociando Mallet
Larose PergansonTour Bayard
Le Pin Beausoleil

J'ai goûté tous les vins de cet article pendant deux semaines passées à Bordeaux en avril. Comme les lecteurs le verront dans les notes, j'ai goûté nombreux vins dans cet article plus d'une fois. Les dégustations multiples sont absolument essentielles pour les vins en primeur. Cette année, j'ai noté plus de variabilité dans les échantillons que par le passé. Cela est peut-être dû aux fermentations malolactiques tardifs, à l'instabilité générale des vins très jeunes, au changement de temps ou à tout ca. Les vins en barrique sont toujours en mouvement. Cela est particulièrement vrai avec les 2018. Nous ajouterons plus de notes des appellations satellites et de Sauternes dans les prochains jours. 

Vous Pourriez Egalement Profiter 

2016 Bordeaux…Tout est dans la bouteille, Antonio Galloni, janvier 2019 

Les DB: Bordeaux 2016 en bouteille, Neal Martin, janvier 2019 

2017 Bordeaux: le cœur de la matière, Antonio Galloni, mai 2018 

2015 Bordeaux: chaque bouteille raconte une histoire…, Antonio Galloni, février 2018 

Bordeaux 2016: C’est maintenant ou jamais, bébé, Antonio Galloni, avril 2017 

Les Radiant 2015 de Bordeaux, Antonio Galloni, avril 2016